Témoignage de Fabien : et si l’épargnant devenait consom’acteur ?

Article rédigé par Fabien

Ayant fondé Lucky12, j’ai rejoint récemment la communauté Social 3.0.

J’ai passé les 17 premières années de ma vie professionnelle dans la finance «traditionnelle ». Sur les dernières années, j’ai pu constater et contribuer à la demande croissante des investisseur institutionnels (initialement nordiques puis continentaux) pour des produits financiers socialement responsables : exclusion de secteurs spécifiques (tabac, mines anti-personnelles…), objectif de réduction d’empreinte carbone etc… Cependant, les particuliers n’ont majoritairement pas accès à ces solutions d’épargne solidaire, les conseillers en gestion de patrimoine n’étant pas incités à les proposer.

L’appel du concret, la quête de sens, la crise de la quarantaine…en 2017, j’ai décidé de quitter mon job, vendre les parts de ma société, et de me réorienter vers l’économie sociale et solidaire. En tant que professionnel de la finance, je me suis naturellement demandé comment mettre en adéquation mes convictions et mon épargne.

Les options existent bel et bien mais il faut faire soi-même les recherches et les démarches. Heureusement, existe aujourd’hui le label Finansol qui valide et répertorie les produits financiers solidaires accessibles, entre autres, aux particuliers : livrets d’épargne, crowdfunding en capital (comme proposé par nos amis de Lita.co), fonds ISR, parts sociales, fonds de capital- risque, etc …)

La solution la plus simple et la plus sûre est de placer ses liquidités sur des livrets d’épargne solidaires garantis, qui servent exclusivement à financer le logement social, l’efficience énergétique, les prêts solidaires etc… J’ai ainsi pu déplacer la majorité de mon épargne personnelle sur ces supports, sans pour autant sacrifier à sa rentabilité. Si vous souhaitez accomplir la même démarche, j’ai rédigé un article complet sur ce sujet, qui est disponible ici.

Dans l’alimentation, le bio s’est développé non pas par l’offre des distributeurs, mais bien par la demande et la pression des consommateurs. C’est à nous, en tant qu’épargnants, de faire suivre la même trajectoire à l’épargne solidaire.

Laissez un commentaire