Une belle histoire: Rue Rangoli

Article rédigé par Patricia Lavocat (Fondatrice de Rue Rangoli)

 

 

 

 

 

Rue Rangoli c’est d’abord une aventure humaine qui est née de la rencontre avec des artisans hors du commun lors de ma précédente vie. Originaire de Pondychérie, un petit bout de France en Inde où j’ai vécu mes 10 premières années, très rapidement portée par les valeurs de coopération et solidarité, j’ai travaillé 25 ans dans la coopération internationale, et c’est lors de mes missions sur le terrain que j’ai rencontré des artisans qui se battaient au quotidien pour proposer des solutions positives pour l’environnement et les habitants en recyclant les matériaux récupérés dans leur environnement proche et proposant des opportunités d’emploi innovant et valorisant pour des personnes exclues du secteur économique.

Lors de mes missions, je leur achetais des produits que j’offrais à mon entourage en France surpris de la beauté et de la qualité des produits. Derrière chacun de ses produits exceptionnellement créatifs ce sont de belles histoires humaines, des tranches de vie et une nouvelle forme de production plus humaine et plus respectueuse de la planète qui s’appuie sur le upcycling, en recréant des produits de qualité et design sans épuiser les ressources de la planète. Pérenniser ces filières, maintenir les emplois créés est un vrai défi dans des pays où les produits recyclés ne séduisent la clientèle à la recherche de produits européens et américains…

Toutes ces initiatives mérient d’être connues, reconnues et soutenues, j’ai donc quitté mon emploi pour me lancer dans cette aventure !

 

 

 

Rue Rangoli accompagne ces artisans dans la consolidation des filières mises en place, crée avec eux des nouveaux produits plus adaptés aux marchés européens et leur ouvre de nouveaux marchés en Europe. Des réfugiés, des personnes sourdes, handicapées, des mères célibataires, des personnes en insertion,… tous passionnés redonnent une seconde vie à des matériaux comme le pneu qui se transforme en maroquinerie, de la bouse d’éléphant qui devient du papier, des sacs de riz , en trousses ou sacs, du bois mort en bois d’œuvre, des journaux en papeterie artistique…

Le choix de Rue Rangoli comme nom n’est pas non plus anondin, Rangoli est un art ancien en Inde où tous les matins les femmes se lèvent tôt, nettoient le seuil de leur porte et dessinent des motifs à l’aide de farine de riz. Symbole d’ouverture vers l’extérieur, de bienvenue à tous ceux qui rentrent chez vous et la farine de riz pour donner à manger à tous les animaux de la rue, par respect à tous les êtres vivants. Des valeurs que nous partageons tous.

 

C’est à travers une marketplace et une boutique ouverte tout récemment à Paris que je souhaite montrer que l’on peut faire, avec du recyclage,  de très beaux produits à la fois utiles et susceptible de constituer une alternative à notre mode de consommation.

Passez me voir à Paris au 74, Rue du Cherche Midi, je serai ravie de vous faire découvrir ces belles initiatives !

 

 

1 commentaire

  1. Marie Baroux sur 30/09/2018 à 20:29

    Je ferai un détour très instructif pour évaluer la créativité de ces personnes

Laissez un commentaire