Le Bouchot, expérience dense dans un ailleurs au fin fond de la Sologne !

Article rédigé par Bruno
Comment résumer en 15 lignes un week end passé au Bouchot, tant l’expérience est dense? Une liste à la Prévert, peut-être, pour appréhender l’idée ?
Localisation:
Au fin fond de la Sologne (Lamothe Beuvron, connue de tous). Est-ce proche, lointain  ? En tout cas, c’est un ailleurs…
Le lieu:
Une vaste et jolie ferme, en déshérence il y a 15 ans, du bâti, du terrain, un horizon, reprise par Anne et Jean-Philippe, des projets plein la tête et l’énergie des bâtisseurs.
Dés l’entrée, de grands “Dazibao” rappelant au visiteur, les données basiques d’une économie écologique, résolument estampillée rurale: simple, efficace !
“La tribu”:
 10 personnes pour le déjeuner (woofers , voyageurs venu pour un week end et qui sont là 6 mois plus tard). Atmosphère participative et bienveillante,  un rêve de  cuisine, où toute demande trouve satisfaction, table généreuse en produits du jardin et du terroir, vous ne vous êtes rendu compte de rien, vous avez intégré “la tribu”.
Au diner, 25 personnes, un groupe de cavaliers nous a rejoints et, même fluidité du service, on échange, on partage, on débarrasse la table.
La vie sur place:
Le Bouchot accueille des particuliers mais aussi des groupes; des entreprises pour resserer les liens distendus, se ressourcer, penser l’avenir; des associations orientées vers le bien être (feng chui, yoga…)
Une étonnante structure d’accueil, appelée ZOME (demi sphère faite de bois de toile et de tavaillons) permet la tenue de réunions.
2 grands espaces concentriques de permaculture, l’âme du Bouchot, foisonnent d’une remarquable variété de végétaux comestibles (ou non), véritable pays de cocagne, organisé autour de 2 mats puissants, Anne juriste et Jean-Philippe écolo inspiré de la 1ère heure.
Embarquez pour un week end  (ou plus) au Bouchot, écoutez les histoires de ces deux là  et participez à cet univers ( si le coeur vous dit) en mettant les mains dans la terre.
Rencontres, dépaysement, fun et remise en cause assurés !

Laissez un commentaire