«

»

Mai 03

Convergences @ EY, lundi 24 avril : Les entreprises du CAC 40 & le social business

 

 

Chez EY, lundi dernier, présentation de la 2 ème édition de la mesure d’impact du social business dans les sociétés du CAC40.

Le Social business séduit par son impact social de plus en plus nécessaire, les nouveaux modèles économiques et les opportunités de marché engendrées. 15 entreprises ont partagé leurs projets et stratégies. Toutes recherchent au moins l’équilibre pour assurer l’autonomie et la pérennité des social business. Elles ciblent 2 catégories de Social Business :

  • inclusion du bas de la pyramide (BOP)
    1. offre de biens ou de services adaptés (ex : partenariats Veolia-Grameen),
    2. intégration des populations BoP dans la chaîne de production et de commercialisation (ex : Fonds Danone Ecosystème, Solidarité Sourcing de L’Oréal, …)
  • et soutien stratégique, financier, technique à des entreprises sociales. Grâce à 3 formes:
      • fonds d’impact investing par des établissements financiers, industriels, énergie.
      • incubation d’entreprises sociales (Danone Communities / laiterie du Berger au Sénégal) (accompagnement d’ONG par des collaborateurs de Kering)
      • intrapreunariat social (Ex : ViE Insertion Emploi chez Vinci)

4 stratégies :

  • intégration de critères environnementaux et/ou sociaux dans leurs activités traditionnelles (Bouygues, Crédit Agricole, Engie, L’Oréal)
  • d’autres développent des produits et services à impact positif  (SG, Renault (garages solidaires, Mobiliz invest), Total (Awango by Total), Schneider Electric (programmes d’accès à l’énergie)
  • pour d’autres, intégration du social business dans leurs relations avec les parties prenantes avec 3 objectifs : motiver les collaborateurs, fidéliser des clients ou partenaires, construire de nouveaux modèles de relation, innover.
  • pour beaucoup dans une politique d’ancrage territorial.

TOP 5 des motivations : Impact sociétal, innovation (en progression : 11 sur 15 répondants), nouveaux marchés, motivation pour les salariés, amélioration de l’image

Top 3 des motivations pour mesure d’impact : améliorer la performance, convaincre la direction de l’utilité, communiquer et mobiliser les parties prenantes.

Un rapport complet est à votre disposition pour consultation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *